Le référencement d’une boutique e-commerce est une question qui doit être abordée dès le lancement du projet. Une boutique sans visiteur, c’est une boutique sans clients : une boutique vouée à l’échec.

  • Le référencement, terme générique, comporte deux spécialités : d’une part le référencement payant, et d’autre part le référencement dit « naturel ».

Le premier vise à acheter du trafic sur les sites de la même thématique que celle de votre boutique en ligne et les moteurs de recherche. Le référencement naturel vise à se positionner sur les résultats des moteurs de recherche pour attirer naturellement des visiteurs intéressés par vos produits.

Le référencement : une question de stratégie avant tout…

Amener sur sa boutique en ligne le trafic qui transforme et optimiser ses coûts d’acquisition de visiteurs est une entreprise longue, dans laquelle il sera souvent nécessaire d’associer référencement naturel et référencement payant.

Le référencement naturel demande souvent plusieurs mois de travail avant de devenir vraiment intéressant en termes de volume et donc de vente, et qu’il faut bien faire vivre sa boutique pendant tout ce temps.

  • La stratégie usuelle est donc la suivante : enclencher une campagne de référencement payant dès le départ, mais réserver une partie de son budget à de l’achat de trafic, immédiat dans ses effets, pour assurer des ventes dès le lancement de la boutique.

Pour faire de sa boutique une boutique vraiment rentable, tout doit être optimisé. Ce qui veut dire que le coût du référencement payant et du référencement naturel doivent être équilibrés. Le référencement naturel vous apporte petit à petit de plus en plus de trafic, c’est donc autant de visiteurs qualifiés qu’il n’est plus nécessaire d’acheter aux moteurs de recherche.

  • Le référencement payant doit donc être ajusté sur le rendement généré par les visites naturelles, et faire l’objet d’optimisations permanentes.

Optimiser son référencement naturel et son référencement payant

Pour le référencement payant, de nombreux paramètres jouent sur la rentabilité de ses campagnes d’achat de trafic :

  • La formulation de l’annonce, les mots clés choisis, et les prix au clic ou à l’affichage sont des paramètres subtils qui doivent toujours faire l’objet de tests…

Quelle annonce m’amène le plus de visites ? Les visiteurs ayant cliqué sur cette annonce achètent-ils plus ou moins que ceux qui ont cliqué sur telle autre ? Suis-je plus rentable en achetant 10 visiteurs très chers mais très qualifiés ou 10000 de plus généralistes et meilleur marché ?

Les réponses à ces questions ne peuvent généralement pas être anticipées : seuls des tests poussés et des analyses strictes des résultats permettront d’opter pour la stratégie la plus rentable.

Le référencement naturel, lui, se doit d’être bien calculé dès le lancement de la campagne, et les problématiques rejoignent celles duréférencement payant… Les questions diffèrent un peu, mais restent dans cette logique de rentabilité au niveau du rapport qu’il y a entre les efforts à produire, et la rentabilité que l’on tire de ces efforts.

  • En d’autres termes : est-il plus rentable pour moi de me concentrer sur de nombreux mots clés accessibles mais peu tapés, ou de partir sur un référencement visant une requête très concurrentielle, mais très ambitieuse et potentiellement très rentable ?

Bien souvent, la recette gagnante sera un subtil mélange de travail pour le court et le long terme, d’achat de trafic et de référencement naturel, tous deux optimisés, testés et re testés pour s’assurer de leur efficacité maximale.

Partager: